Construire une maison basse énergie : quelles modalités ?

En 2021, toute nouvelle construction devra satisfaire aux normes NZEB (Nearly Zero Energy Building). Il s’agit de mesures énergétiques imposées par le gouvernement pour limiter l’impact négatif d’une habitation sur l’environnement. L’isolation, les sources de chauffage durables et la ventilation sont les facteurs les plus importants. Actuellement, les maisons presque neutres en énergie restent plutôt une exception qu’une règle, mais on trouve déjà des constructeurs qui franchissent le pas.

C’est le moment de penser aux économies d’énergie dans votre projet de construction !

Pascal fait partie des précurseurs. Il a en effet fait le choix de construire une maison respectant les normes NZEB. Cela demande un investissement de départ plus élevé, mais ce surcout se compense à terme. Ainsi, vous économisez beaucoup sur votre facture de chauffage et, étant donné les taux d’emprunt très bas pour le moment, votre avantage peut rapidement s’élever à quelques milliers d’euros.

La construction va devenir toujours plus chère avec les années. Le gouvernement diminue sans cesse le nombre de primes et d’avantages fiscaux. C’est donc le moment d’investir. Si vous souhaitez une maison prête pour l’avenir, il est impossible de passer à côté des normes NZEB. Il serait dommage de prévoir un budget pour une habitation qui ne soit plus conforme aux exigences du marché dans 5 ans. 

Surcoût initial de 40.000 euros pour respecter les exigences NZEB

Avec un niveau E de 30, une maison basse consommation est bien plus écoénergétique que la norme actuelle imposée en Wallonie (E80). Mais aussi plus chère. « Le surcoût initial de notre maison s’élève à environ 40.000 euros. Des frais considérables, mais qui en valent vraiment la peine. Outre l’isolation, ce surcoût englobe aussi une pompe à chaleur et la ventilation. »

Pour un investissement réussi, mieux vaut procéder en 2 étapes : vous devez tout d’abord limiter autant que possible votre consommation d’énergie, puis produire vous-même de l’énergie. Pour cette première étape, investissez dans de l’isolation supplémentaire, mais aussi dans une meilleure ventilation et un meilleur système d’étanchéité à l’air. En ce qui concerne la production d’énergie, Pascal a opté pour une pompe à chaleur sol-eau, mais des panneaux solaires et un chauffe-eau solaire représentent d’autres solutions.

Un retour sur investissement après 15 ans

Et le résultat est là, puisque la maison de Pascal consommera très peu d’énergie lorsqu’elle sera prête en 2016 ! Découvrez comment Pascal a atteint cet objectif :

  • Une isolation poussée : 20 cm d’isolant PUR au sol, 16 cm PUR dans les murs et 24 cm de laine de roche sous la toiture
  • Triple vitrage (Ug=0,8W/m2K)
  • Pompe à chaleur aerothermique (air-eau) avec chauffage par le sol (au rez-de-chaussée) et ventilo-convecteurs (à l’étage)
  • Des panneaux photovoltaïques

Ces frais supplémentaires seront amortis dans environ 15 ans. Grâce à l’énergie durable et une isolation très épaisse, nous allons économiser plus ou moins 175 euros par mois.