Faut-il d’abord acheter son terrain ou commencer par son avant-projet ?

Blog Terrains

Faut-il d’abord acheter son terrain ou commencer par son avant-projet ? Il n’y a pas de réponse tranchée à cette question… Le mieux sera de rester flexible. Il y a en effet moyen de travailler dans les deux sens et de tirer avantage de chaque situation.

Faut-il d’abord acheter son terrain ou commencer par son avant-projet ? Les terrains se font rares, et ceux qui mettent la main sur une « bonne » parcelle ne tardent pas à signer le compromis. Situation, exposition, dénivelé, prix… Le terrain idéal est devenu une denrée rare ! A ce stade, certains n’ont pas encore réalisé d’avant-projet, tandis que d’autres l’ont conçu il y a bien longtemps.
Comment appréhender chaque cas de figure ?

Partir du terrain

Que vous l’ayez déjà trouvée ou que vous disposiez d’une parcelle héritée de famille, être propriétaire d’un terrain avant de construire permet de se projeter plus facilement.

Disposer d’un terrain limite aussi vos envies : en effet, la forme de la parcelle, sa taille, les règles d’urbanisme etc., peuvent réduire les choix d’implantation de la maison.

Ainsi, dans le cas d’une parcelle rectangulaire dotée d’une petite façade (6 à 8 m), par exemple, l’implantation de l’habitation pourra s’effectuer uniquement dans le sens de la profondeur, ce qui restreint les choix architecturaux. Et sur un terrain pentu, il faudra prévoir une rampe d’accès pour la maison. Ce peut être un problème, notamment si le terrain manque de profondeur. Mais un terrain incliné permet en général de profiter d’une belle vue. Les petits terrains constituent en tous cas le plus grand défi, car on a alors très peu de marge de manœuvre. En fonction des situations rencontrées, il y a lieu d’adapter l’architecture. Cela peut parfois constituer un atout au niveau de la créativité.

L’exposition est elle aussi capitale lorsqu’on construit. Mais il n’est pas toujours possible de bénéficier de l’orientation souhaitée pour des raisons techniques et/ou urbanistiques. Dans l’idéal, les expositions Sud seront privilégiées. Elles permettent en effet de maximiser les apports solaires et de diminuer les besoins en chauffage. Les pièces techniques ou peu utilisées pourront quant à elles être reléguées au Nord (toilettes, cellier, buanderie, porte d’entrée, couloir…)

Être propriétaire d’un terrain permet également de mieux contrôler ses finances. En effet, le prix de la parcelle étant connu, il rentre directement dans le budget global de la construction.

Partir du projet

Le désavantage lorsqu’on n’a pas de terrain, c’est précisément d’en trouver un ! Et vu la rareté actuelle des parcelles, ce n’est point chose aisée. Mais les avantages sont également nombreux : en effet, les futurs propriétaires pourront sélectionner en âme et conscience le type de terrain adapté à leur avant-projet, que ce soit d’un point de vue situation, orientation, surface, dénivelé, prescriptions urbanistiques etc. Il y aura donc moins de compromis sur l’architecture souhaitée. Il arrive quelquefois, malgré tout, que la perle rare se fasse trop longtemps désirer et que les candidats constructeurs revoient leurs prétentions à la baisse en optant pour un terrain moins « parfait ». Partir de l’avant-projet est également plus délicat au niveau budget car on ignore encore, dans ce cas, quel sera le prix de la parcelle ainsi que la qualité du terrain. Et les projections peuvent parfois être sous-estimées…

 

Vous souhaitez en savoir plus et découvrir les autres éléments compris dans l’offre de Maisons Blavier?

Nos conseillers en construction sont à votre écoute, sur rendez-vous, chez vous ou dans l’une de nos nombreuses maisons témoins situées partout en Belgique. N’hésitez pas, à demander votre catalogue gratuit afin de découvrir quelques-uns de nos modèles d’inspiration et parcourir notre cahier des charges.