Refinancer un crédit logement, bonne ou mauvaise idée ?

Vous avez contracté un emprunt il y a plusieurs années. Comme tout le monde, vous avez aussi entendu parler du bas niveau des taux en 2016. Investir dans l’immobilier est en effet plus que jamais profitable. Mais il est également possible de refinancer un crédit logement. Cet article vous éclaire sur le sujet et vous aide à déterminer si cette option est intéressante dans votre cas.

Analyser la situation (par vous-même)

Bien sûr, la première raison qui vous pousse à demander le refinancement d’un emprunt, est d’obtenir un meilleur taux et donc de réduire la mensualité à rembourser. Pour cela, vous devez calculer les frais occasionnés :

  • Une indemnité est réclamée (équivalent la plupart du temps à trois mois d’intérêts).
  • Ajoutez également les frais de dossier et d’expertise.
  • Il est possible que vous deviez payer des frais de notaire (si vous changez d’organisme).

Vous pouvez vous adresser à votre banque ou organisme pour refinancer un crédit logement. Il est rare que la proposition d’évaluer votre situation vienne du créancier lui-même, car ce n’est pas à son avantage. Il ne tient qu’à vous de suivre les fluctuations du marché et de faire la demande si vous jugez le moment opportun. Toutefois, l’organisme où vous avez contracté l’emprunt n’est pas tenu d’accepter votre demande. Vous pouvez alors opter pour le refinancement externe. Celui-ci convient aussi si vous obtenez un meilleur taux que votre organisme de crédit actuel.

Refinancer un crédit logement, en pratique

Il est conseillé d’envisager un refinancement si vous avez contracté l’emprunt avant 2010 à un taux fixe d’au moins 5 %. Après 2010, vous pouvez refinancer le crédit logement si le taux de départ est de 3 % ou plus. Sachez aussi que plus le montant de l’emprunt actuel est élevé et la durée est longue, plus le refinancement sera intéressant.

L’important est en outre d’obtenir une différence d’au moins 1 % entre les taux d’intérêt pour compenser les frais. Cette règle n’est toutefois pas absolue, car le refinancement dépend aussi de l’échéance de l’emprunt et donc de la période pendant laquelle vous devrez rembourser les ‘nouveaux frais’. En l’occurrence, lors de la négociation, plutôt que de faire baisser la mensualité, vous pouvez obtenir une réduction de la durée de votre crédit logement. À nouveau, il faut évaluer le calcul en détail.

Si vous comparez les situations ‘avant/après’, n’oubliez pas d’intégrer l’éventuel changement de type de taux, c’est-à-dire taux fixe ou taux variable. Vous avez emprunté à taux fixe et vous passez à un taux variable annuel ? Outre la comparaison de base, vous devez également tenir compte de l’évolution du taux moyen ou (pire) de l’augmentation du nouveau taux année après année.

En toute logique, l’organisme ou le créancier veillera avec vous à trouver la solution idéale pour qu’aucun tiers ne soit lésé. Dernier point important : si vous optez pour le refinancement de crédit logement, pensez également à modifier l’assurance solde restant dû liée à celui-ci. Vous pourrez réaliser de considérables économies.

Pour conclure

Refinancer un crédit logement attire bon nombre de personnes. Ne foncez donc pas tête baissée car cette technique n’est pas toujours aussi intéressante que l’on ne croit. Mais à raison de calculs judicieux, vous pouvez profiter d’une réelle aubaine ! Serez-vous prêt à quitter votre organisme pour un taux inférieur chez un concurrent, malgré les frais supplémentaires ? Ou parviendrez-vous à négocier les meilleurs avantages chez votre organisme actuel ? La bonne nouvelle en tous les cas est que vous conservez les déductions fiscales pour votre emprunt refinancé. Il ne vous reste plus qu’à comparer !