Six astuces pour identifier une offre clé sur porte fiable

Blavier Six Astuces Pour Identifier Une Offre Clé Sur Porte Fiable (1)

Vous songez à vous lancer ou vous êtes déjà avancé dans la réflexion liée à la construction clé sur porte de votre future maison? Peut-être avez-vous déjà pris contact avec quelques entreprises de construction ou vous avez même déjà reçu quelques offres? Alors cet article est fait pour vous! Voici 6 astuces pour vérifier le sérieux d’une remise de prix.

La construction d’une maison sur mesure passe par de nombreuses étapes. L’une d’elles est la sélection de l’entreprise qui réalisera votre construction. Et vous ne souhaitez surtout pas vous retrouver dans une situation compliquée telle qu’on peut en lire sur internet. Bref, vous ne souhaitez pas avoir fait le mauvais choix.

Avec les quelques conseils repris ci-dessous, vous apprendrez comment évaluer les offres et les entreprises de construction afin d’éviter les pièges dès le départ !

1. La détermination du meilleur produit pour chacun

Nous le constatons trop souvent, un constructeur se fixe sur un produit ou une technique de construction spécifique qu’il vous vendra comme la seule option acceptable. Plus grave encore, certains semblent aller jusqu’à considérer le reste comme inadapté.

Par exemple, certains vous expliqueront qu’une ventilation double flux type D est la solution optimale et qu’une ventilation simple flux type C est synonyme de gaspillage. Un autre vous dira qu’il faut prendre une type C, car une type D coûte trop cher. Ou peut-être qu’ils utiliseront ces arguments pour la pompe à chaleur, le type d’isolation…

La réalité est qu’il n’existe pas un produit correspondant à tout le monde. Différents produits coexistent parce qu’ils ont chacun leurs forces et leurs faiblesses. Si vous souhaitez un projet sur mesure, vous méritez du vrai sur mesure. Attardez-vous donc sur le partenaire qui vous écoutera et vous proposera une solution en fonction de votre projet, de votre budget et de vos besoins, plutôt que l’entrepreneur qui consacrera toute son énergie à vous convaincre de son produit.

2. Le piège des suppléments

Pour la plupart des candidats bâtisseurs, si pas tous, la construction de leur maison est le plus grand investissement qu’ils feront au cours de leur vie. Il nous semble dès lors que cela mérite d’aller en profondeur dans les détails relatifs au budget qui y sera consacré. Exigez donc de votre partenaire un devis et/ou un cahier des charges détaillé reprenant ce qui prévu et ce qui ne l’est pas. Par exemple, si on vous propose un budget global pour un gros œuvre sans vous donner plus de détails, cela pourrait être synonyme de mauvais départ.

Mais ce n’est pas la seule chose à laquelle il faut être attentif. La plupart des Belges ne s’y connaissent pas de manière approfondie en construction (chacun son métier…) et dans cet état de choses, il est très difficile de juger si tout est compris. Il y a des entreprises de construction qui tiennent leur budget au centime près, et d’autres qui vous présenteront sans gêne un supplément de quelques dizaines de milliers d’euros une fois votre engagement scellé.

Si vous avez des différences dans les offres, allant parfois jusqu’à 30.000 euros ou plus, prenez le temps d’écouter les arguments et de comprendre ce qui explique cette différence. Car d’expérience, 9 fois sur 10, la différence s’explique par un cahier des charges très différent ou même des éléments indispensables qui ne sont simplement pas repris dans ce dernier.

3. La pression pour signer

« Si vous signez aujourd’hui… » Cette phrase est souvent suivie par une remise ou une offre irrésistible que vous n’aurez que si vous signez directement un contrat (ou tout autre document qui y ressemble). C’est la politique appliquée par un commercial qui s’intéresse plus à réaliser son chiffre du mois plutôt qu’à bien vous conseiller pour votre projet.

Un projet de construction est complexe et mérite d’être bien réfléchi. C’est dans la conception qu’on fixe le gros du budget. Prenez donc, dès le départ, un partenaire qui prend le temps de vous écouter, de vous conseiller et de travailler en collaboration avec vous vers un projet sur mesure à l’image de vos souhaits et de votre budget.

4. Un document qui « n’engage à rien »

Si le commercial vous invite à signer un document qui « n’engage à rien », vous devriez être alerté. Si le document n’engage à rien, alors à quoi bon de le signer ?

Le fait qu’un contrat contienne des clauses suspensives (crédit, permis…) ne veut pas dire que votre signature ne vaut pas un engagement contractuel. Si vous n’êtes pas certain de ce que contient le document qu’on vous propose de signer, prenez le temps de bien le relire et n’hésitez pas à poser les questions qui vous apporteront une meilleure compréhension des éléments présentés.

5. Garantie de 20 ans, 30 ans, …

Certaines entreprises de construction clé sur porte vous séduiront sans doute avec des promesses de garantie de 20 ans ou plus. Au premier abord c’est attrayant, mais en pratique cela ne vaut malheureusement pas grand-chose.

Tout d’abord, la responsabilité décennale est un élément encadré par la loi et se limite à 10 ans. Au-delà de 10 ans la loi ne s’applique plus telle qu’elle a été rédigée et vous serez dépendant de l’interprétation et de la volonté de l’entreprise qui vous a offert de la prolonger. Il est d’ailleurs utile de vérifier si l’entreprise qui propose ces garanties étendues existe au moins depuis une durée équivalente à celle de la garantie. Souvent ce n’est pas le cas.

Ensuite il est important de prendre en considération que cette couverture est une responsabilité et non pas une garantie. Cette nuance de vocabulaire est extrêmement importante. Dans le cas d’une responsabilité, c’est à vous de prouver qu’un défaut sur votre construction engageant la stabilité de votre bâtiment est du à une erreur de l’entrepreneur. Après plus de 10 ans, bonne chance…

Enfin, croyez-nous, s’il y a un grave problème de stabilité sur votre construction, vous le saurez rapidement et dans la plupart des cas même déjà avant que la construction ne soit terminée. La majorité des interventions en service après-vente dans le cadre de la responsabilité décennale sont plutôt des petites interventions et se font généralement dans les 2-3 années suivant la livraison de la maison. Rassurez-vous, le cas d’un bâtiment en situation d’instabilité grave est cependant extrêmement rare.

6. Le discours commercial

Le représentant commercial d’une entreprise de construction sérieuse aura une tonne d’argument à sa disposition pour vous convaincre de travailler avec son entreprise. Si par contre il se sent obligé de vous convaincre en critiquant ses concurrents, cela devrait vous alerter sur l’approche de cette entreprise. Tout le monde est capable de vous expliquer les points faibles des autres, mais ce n’est que ceux qui travaillent sérieusement qui arriveront à vous convaincre par leurs propres points forts.

7. Bonus : protection par la loi Breyne et la charte

En tant que client d’une entreprise dite « clé sur porte », vous bénéficiez de la protection prévue par la loi Breyne. Cette dernière règle notamment les questions liées à la fixation du prix, aux acomptes, au cautionnement…

Même si la loi est obligatoire pour toute entreprise de construction, tout le monde ne s’y conforme pas. Si vous voulez vous assurer que l’entreprise que vous sélectionnerez respecte correctement la loi Breyne, vérifiez si elle est membre de la charte des constructeurs de logements.
D’ailleurs, si après lectures des 6 conseils ci-dessus vous trouvez toujours compliqué de vous décider sur une entreprise ou une autre, la charte peut être le petit « plus » pour vous rassurez sur le choix du partenaire.

Nous espérons que ces quelques lignes vous aideront dans vos réflexions. Il ne s’agit certainement pas d’une liste complète de tous les éléments à examiner, mais c’est un bon point de départ. Si vous avez des doutes ou des questions, n’hésitez pas à en discuter avec le conseiller en construction qui vous accompagne dans votre projet et d’exiger qu’il vous réponde de manière complète et détaillée.